Procès de Zéon : Relaxe

Le 10 novembre 2016 a eu lieu le procès du dessinateur Zéon à la 17ème chambre du TGI de Paris. Le délibéré a été rendu le 15 décembre, le tribunal a prononcé une relaxe.
Ce procès était précédé de deux autres procès, le premier concernait l’écrivain Hervé Ryssen qui était attaqué sur un de ses ouvrages, et le second concernait un jeune homme de 19 ans qui était accusé d’incitation à la haine raciale pour avoir tweeté des blagues concernant la Shoah.

17eme
Zéon était attaqué pour deux de ses dessins déjà jugés dans un précédent procès en 2013, pour des affichages par des militants inconnus de ces deux dessins en question lors de manifestations de soutien à la cause palestinienne à Paris en octobre 2013. Il lui était également reproché la publication de ces mêmes dessins sur internet en 2011.

Ces deux dessins, réalisés en 2008 et 2009, avaient déjà donné lieu à des poursuites en 2012, aboutissant à une première relaxe pour Zéon en septembre 2013.

Ce nouveau procès était intenté par le BNVCA (Bureau de vigilance national contre l’antisémitisme) par une plainte déposée en novembre 2011, presque en même temps que la LICRA et l’association Agir ensemble pour la République. Cependant, les deux procès ont eu lieu à 3 ans d’intervalles. Un compte-rendu avait été rédigé sur la tenue de ce premier procès de 2013 : http://www.egaliteetreconciliation.fr/Proces-Zeon-le-compte-rendu-20335.html 

Pendant l’audience, le dessinateur annonce :  « Je m’inscris dans une Tradition française, qui est de tester les limites de la liberté d’expression »
Lorsque le juge lui demande pourquoi a-t-il fait ces dessins, Zéon répond que c’était suite au bombardements israéliens sur Gaza.

Durant l’interrogatoire, Zéon annonce qu’il estime ne pas avoir à répondre aux questions des juges y ayant déjà répondu 3 ans auparavant pour un procès similaire. Il répétera cette phrase à plusieurs reprises pendant le procès, chose à laquelle le juge concerné ne semblait rien avoir à redire.
Le dessinateur était défendu par Maître Drici. Lors de l’audience, il a souligné le zèle procédural ayant abouti à ce procès puisque, malgré un réquisitoire de refus d’informer du parquet, puis un non-lieu prononcé au bénéfice de Zéon, la Chambre de l’instruction a finalement renvoyé le dessinateur devant le tribunal.
Sur le fond, il a plaidé l’impossibilité d’imputer la moindre infraction au dessinateur et souligné quelques incohérences du dossier puisque la partie poursuivante reprochait la publication de dessins sur un blog en novembre 2011 alors que les éléments de l’enquête prouvaient que le blog avait été créé… trois mois plus tard, en janvier 2012.

proc
A l’issue du procès, 6000 € de dommages et intérêts ainsi que 1500€ de frais de justice ont été sollicités par les parties civiles, cependant le Procureur soutiendra qu’aucune preuve n’existe que Zéon serait le diffuseur de ces dessins.

Le délibéré a été rendu le 15 décembre : Le tribunal à finalement relaxé le dessinateur.